La Pensée Chinoise

Image:

La pensée chinoise résulte des observations et des profondes réflexions, voire des méditations, que les anciens chinois ont effectué au cours des siècles sur la nature, l’univers, l’homme, les êtres et les phénomènes. Habitude a été prise de synthétiser tout ce que ceci peut représenter par l’expression « philosophie chinoise ».

Pensée chinoise

En Chine, dans les temps anciens, tout homme recevait d’abord une formation philosophique. Les enfants étudiaient les livres classiques du confucianisme dès l’école. Toute la société était imprégnée de la pensée taoïste qui enseigne que l’on doit se conformer à la nature. Les visions confucéennes et taoïstes, se complétaient et devaient plus tard rejoindre le bouddhiste mahayana dans le Sao Chiao, les « trois voies ». La Pensée chinoise est devenue ainsi une pensée syncrétique.

Cependant, cette image des trois voies masque une réalité plus complexe où coexistaient de nombreuses écoles de pensées.

L’école du Yin-Yang et les arts de l’occulte

C’est l’école des cosmologistes, des astronomes, des praticiens des arts occultes. Yin et Yang sont considérées comme les deux principes majeurs de la cosmologie. De leur combinaisons et de leur interaction résultent tous les phénomènes universels.

La théorie du yin et du yang a profondément modelé la médecine et reste, après plusieurs millénaires, un élément capital de la théorie médicale chinoise et de son développement. La théorie du yin et du yang permet à la médecine d'expliquer l'origine de la vie humaine, ainsi que la physiologie et la pathologie humaines. Elle sert en outre de référence et de guide pour le diagnostic et le traitement.

L’école des Lettrés

L’école des lettrés est l’école de Confucius, elle comprenait des lettrés mais aussi des penseurs, qui enseignaient les anciens classiques et, ainsi, se faisait les héritiers de l’ancien legs culturel.

L’école Moïste

L’école Moïste est l’école de Mo-Tseu. Cette école avait une organisation ferme et une stricte discipline. Elle préconisait que l’on doit faire preuve de piété filiale à travers le monde et enseignait la doctrine selon laquelle il faut être d’accord avec le supérieur.

L’école des Noms

L’école des Noms s’intéressait aux distinctions et aux relations entre ce qu’elle appelait les « noms » et les « réalités ».

L’école des Légistes

L’école des Légistes remontait à un groupe d’hommes d’Etat affirmant qu’il fallait fonder le bon gouvernement sur un code législatif fixe et non sur des institutions morales, préconisées par les lettrés. Ils insistaient sur une grande rigueur en ce qui concerne les récompenses et les châtiments, afin de maintenir un système de gouvernement correct.

L’école de la Voie

L’école de la Voie plaçait au centre de sa métaphysique et de sa philosophie sociale le concept de non-être qui est le Tao ou la Voie, et sa concentration dans l’individu comme vertu naturelle de l’homme. Cette école a été connue plus tard, dans la littérature occidentale sous le nom de Taoïsme.

C'est l'idée de vide de vacuité productrice du Tout qui préside au Taoisme, principale composante métaphysique de la Médecine Chinoise Traditionnelle. A partir de là, tout est particulier, unique et en mouvement. Tandis que l'occident tente d'isoler, de quantifier et de répertorier, l'Orient ne réduit pas, associe en continu, qualifie et symbolise.

Et nombre d’autres écoles.

C’est cet ensemble d’écoles qui façonna la pensée chinoise aux cours des siècles.